Archives de l’auteur : AJEF

Le mercredi 24 juillet à 8h30 avec Valérie Rabault. L’ancienne rapporteuse générale du budget, député PS et présidente du groupe socialiste à l’Assemblée analysera le « tournant social » du gouvernement dans le budget 2020.

Chère adhérente, cher adhérent,

 

 

 

Vous êtes cordialement invités le :

Mercredi 24 juillet de 8h30 à 10h

 

 

à un petit-déjeuner avec :

Valérie Rabault

Députée (PS, Tarn-et-Garonne)
ancienne rapporteure générale du budget

 

 

Notre prochaine invitée est Valérie Rabault, ancienne rapporteure générale du budget (2014-2017), aujourd’hui présidente du groupe socialiste à l’Assemblée. L’invitée idéale pour évoquer le « tournant social » annoncé du gouvernement, dans la préparation du projet de budget 2020, en cours de bouclage.

 

 

Inscription obligatoire qui devra nous parvenir au plus tard le
mardi 23 juillet à 11 h à l’adresse mail suivante : 
ajefassociation@gmail.com 
ATTENTION :
Toute annulation ou absence non signalée, avant le mardi 23 juillet à 13 h, sera facturée automatiquement à l’inscrit non présent.
(Les collations annulées sont malgré tout facturées par notre prestataire de service, ce qui représente une perte sèche pour l’association)
 

 

Tarification


Journalistes adhérents en rédaction : 25 euros
Journalistes adhérents freelance : 15 euros
Non adhérents : 50 euros

 

 

Merci de bien vouloir préparer à l’avance votre chèque ou l’appoint en espèces.

Julie de la Brosse et Sophie Fay remportent le Prix du Meilleur Article Financier 2019, remis le 3 juillet par Sylvie Goulard, vice-gouverneure de la Banque de France et Emmanuel Cugny, président de l’AJEF

Le 3 juillet, Sylvie Goulard, sous-gouverneure de la Banque de France, a remis, avec Emmanuel Cugny, président de l’Ajef, le Prix du Meilleur Article Financier à Julie de la Brosse et à Sophie Fay.

 

Organisé en partenariat avec l’Ajef et Lire la Société – Lire l’Économie, avec le soutien de la Banque de France, ce prix récompense deux journalistes de la presse écrite pour une série d’articles, une enquête ou une analyse particulièrement pertinente afin de permettre aux citoyens de mieux appréhender un domaine jugé souvent lointain, et difficile à comprendre ; un domaine en face duquel ils se sentent insuffisamment informés, voire désarmés, alors qu’il est omniprésent.

 

Deux catégories étaient ouvertes : « Jeunes journalistes » (moins de 40 ans) et « Journalistes confirmés » (plus de 40 ans).

 

Après appel à candidatures auprès des rédactions, 63 journalistes (34 dans la catégorie « Jeunes journalistes » et 29 dans la catégorie « Journalistes confirmés ») avaient envoyé leurs écrits.

 

Au terme de trois réunions, le jury a établi le palmarès suivant :

 

Dans la catégorie « Jeunes journalistes », le prix a été décerné à Julie de la Brosse, pour son article “Impôts : le tabou de l’héritage”, publié dans Le Monde le 11 décembre 2018.

 

Étaient finalistes dans la même catégorie :

 

● Adrien Lelievre, “Lime, la trottinette milliardaire”, Les Echos –Weekend

● Margherita Nasi et Aureliano Tonet, “Le marbre de carrare broie du noir”, Le magazine du Monde

 

Dans la catégorie « Journalistes confirmés », le prix a été décerné à Sophie Fay, “CAC 40 : que les gros contribuables lèvent le doigt !”, publié dans L’Obs le 7 février 2019.

 

Étaient finalistes dans la même catégorie :

● Emmanuel Botta, “Voitures électriques, braquage à la chinoise”, L’Express

● Martine Robert, “Salvator Mundi, le tableau qui rend fou”, Les Echos – Weekend

 

Retrouvez les articles des finalistes et lauréates sur le site de Lire la Société

Crédits photo : Banque de France – Philippe Jolivel

Jury 2019 

 

Président du Jury : Monsieur Emmanuel Cugny, journaliste à France Info, Président de l’AJEF

 

Vice-Présidente : Madame Françoise Crouïgneau, Vice-Présidente de l’AJEF

 

Secrétaire Générale : Madame Luce Perrot, Présidente de l’association Lire l’Economie

 

Membres du jury :

 

– Monsieur Yann Algan, Directeur de l’École d’Affaires Publiques, Sciences Po Paris
– Monsieur Philippe Chalmin, Économiste, Professeur à l’Université Paris-Dauphine
– Madame Annie Cot, Professeure de sciences économiques et de philosophie de
l’économie, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
– Monsieur El Mouhoub Mouhoud, Économiste, Professeur à l’Université ParisDauphine
– Monsieur Olivier Pastré, Économiste
– Madame Françoise Benhamou, Économiste, Vice-Présidente de l’Université Paris XIII
– Madame Anne-Laure Delatte, Économiste, Directrice adjointe du CEPII
– Madame Christine Rifflart, Économiste, Sciences Po Paris
– Monsieur Alain-Gérard Slama, Essayiste, Éditorialiste
– Monsieur Marc-Olivier Strauss-Kahn, Président du Conseil scientifique de Citeco

 

Représentants de la Banque de France :

 

– Madame Sylvie Goulard, Sous-Gouverneure ;
– Monsieur Olivier Garnier, Directeur général des Statistiques, des Études et de
l’International ;
– Madame Dominique Kantor, Conseillère communication

Le 10 juillet à 8h30 avec Jean-Luc Demarty, ancien directeur général de la DG Commerce de la Commission européenne. Il analysera les tensions commerciales USA-Chine, l’accord UE-Mercosur, la crise du multilatéralisme et de l’OMC.

Chère adhérente, cher adhérent,

 

Vous êtes cordialement invités le :

Mercredi 10 juillet de 8h30 à 10h

 

à un petit-déjeuner avec :

 

Jean-Luc Demarty

ancien Directeur Général de la Direction Générale Commerce de la Commission européenne

 

Tensions commerciales Etats-Unis Chine, accord commercial historique entre l’UE et le Mercosur, l’accord entre l’UE et le Canada soumis à la ratification à l’Assemblée nationale, crise du multilatéralisme et de l’Organisation Mondiale du Commerce. Jean-Luc Demarty viendra répondre aux journalistes de l’Ajef.

 

 Inscription obligatoire qui devra nous parvenir au plus tard le
mardi 9 juillet à 11 h à l’adresse mail suivante : 
ajefassociation@gmail.com 

 

ATTENTIONToute annulation ou absence non signalée, avant le mardi 9 juillet à 13 h, sera facturée automatiquement à l’inscrit non présent.

 

(Les collations annulées sont malgré tout facturées par notre prestataire de service, ce qui représente une perte sèche pour l’association)
Tarification


Journalistes adhérents en rédaction : 25 euros
Journalistes adhérents freelance : 15 euros
Non adhérents : 50 euros

 

Merci de bien vouloir préparer à l’avance votre chèque ou l’appoint en espèces.

Retrouvez les liens avec des blogs et études de la Banque de France sur l’impact des tensions commerciale et du climat d’incertitude, pour ceux qui souhaitaient les recevoir lors du petit déjeuner du 2 juillet avec la sous-gouverneure de la Banque de France Sylvie Goulard.

Sur l’impact de l’incertitude lié aux tensions commerciales : 2 publications de la Banque de France,  issues d’une même étude : 

 

•         un blog : « quel serait le coût d’une guerre commerciale mondiale« , A. Berthou, C. Jardet, D. Siena, U. Szczerbowicz

 

•         un Rue de la Banque: « Coûts et conséquences d’une guerre commerciale: une analyse structurelle« , A. Berthou, C. Jardet, D. Siena, U. Szczerbowicz

 

 

 

Dans ces simulations, l’incertitude engendrée par les tensions commerciales affecte l’activité via deux canaux :

 

une baisse de la confiance des entrepreneurs qui reportent leur décisions d’investissement : dans la simulation cet effet est introduit via une baisse directe de l’investissement. Cette baisse est calibrée à partir des élasticités estimées par M. Bussière, L. Ferrara et J. Milovich « Le rôle de la demande anticipée et de l’incertitude dans la faiblesse récente de l’investissement« , document de travail BdF.

 

une hausse du coût du financement du capital : dans les simulations cet effet est introduit via une hausse du spread corporate.

 

Sur l’impact de l’incertitude (en général), on peut également mentionner :

 

– un Rue de la Banque: « Incertitude et macroéconomie: canaux de transmission et implications en terme de politique économique« , L. Ferrara, S. Lhuissier et F. Tripier

 

– un document de travail : « Interconnexions financières globales: une évaluation non linéaire du canal de l’incertitude« , B. Candelon, L. Ferrara et M. Joets

Le 2 juillet à 8h30 avec Sylvie Goulard. La sous-gouverneure de la Banque de France analysera les risques de guerre des monnaies, le cas des cryptomonnaies, les perspectives pour l’économie française, européenne et mondiale

Chère adhérente, cher adhérent,

 

Vous êtes cordialement invités le :

Mardi 2 juillet de 8h30 à 10h

 

à un petit-déjeuner avec :

Sylvie Goulard

sous-gouverneure de la Banque de France

 

Va-t-on vers une nouvelle guerre des monnaies ? En Europe, la BCE ouvre la porte à une baisse des taux d’intérêts, au grand dam du président américain, Donald Trump, qui crie à la concurrence déloyale pour favoriser les entreprises européennes et affaiblir le dollar.Quelles perspectives pour l’économie française, européenne et mondiale ? Faut-il interdire les cryptomonnaies ou, à défaut, comment les réguler ? 

 

 Inscription obligatoire qui devra nous parvenir au plus tard le
lundi 1er juillet à 11 h à l’adresse mail suivante : 
ajefassociation@gmail.com 

 

ATTENTION :
Toute annulation ou absence non signalée, avant le lundi 1er juillet à 13 h, sera facturée automatiquement à l’inscrit non présent.

(Les collations annulées sont malgré tout facturées par notre prestataire de service, ce qui représente une perte sèche pour l’association)
 

 

Tarification 


Journalistes adhérents en rédaction : 25 euros
Journalistes adhérents freelance : 15 euros
Non adhérents : 50 euros

 

Merci de bien vouloir préparer à l’avance votre chèque ou l’appoint en espèces.

Lancement d’un « guide de défense du journaliste » pour répondre aux questions des journalistes inquiétés dans le cadre de leur travail

Les menaces judiciaires récentes et répétées envers notre profession nous conduisent à répondre de manière plus frappante et plus efficace que d’habitude. Le secret des sources ne se négocie pas mais nous, journalistes, ne sommes pas tous forcément armés lorsque vient le moment de la convocation dans des locaux de police.

 

L’Association de la presse judiciaire, associée avec le cabinet Spinosi et le Syndicat national des journalistes, ont donc décidé de publier un « Guide de défense du journaliste »

 

L’idée est simple : permettre de répondre aux questions que peut se poser un journaliste inquiété dans le cadre de son travail. Ce guide est publié sous deux versions : une courte disponible en format A5 et une autre plus dense téléchargeable à partir des sites de l’APJ et du SNJ.

 

Consulter le guide : http://pressejudiciaire.fr/resources/VDM_long_4.pdf

 

 

Les syndicats de journalistes refusent tout « détricotage de la loi sur la liberté de la presse »

Communiqué commun des syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes et SGJ-FO.

 

Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse

 

Dans une interview accordée le 16 juin au Journal du Dimanche, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, envisage de sortir l’injure et la diffamation de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, pour faire rentrer ces délits de presse dans le droit pénal commun, afin « d’accélérer la réponse ».

 

Sous le prétexte de lutter contre les « discours de haine » sur Internet, cette mesure porterait un coup extrêmement grave à la liberté de la presse, garantie par la loi du 29 juillet 1881, texte fondateur de la liberté d’expression, socle de nos valeurs républicaines.

 

Sortir la diffamation de la loi de 1881 reviendrait à sortir le journalisme du cadre de la 17e chambre, ou Chambre de la presse, et sa jurisprudence, qui permet aux journalistes de faire valoir leur bonne foi en démontrant le sérieux de leur enquête, devant des magistrats spécialisés.

 

Faire basculer les délits de presse dans le droit commun reviendrait à vider de sa substance cette loi de 1881, et à fragiliser l’enquête journalistique, à la merci des procédures-bâillons. Les groupes de pression divers et variés se frottent les mains : ils n’auront même plus à passer par la procédure très précise de la loi de 1881, volontairement protectrice pour les journalistes.

 

Ce gouvernement a décidément un problème avec la liberté de la presse. Il n’a pris aucune mesure pour protéger les reporters molestés et pris pour cibles par les forces de l’ordre et/ou des manifestants, depuis plusieurs mois. Il laisse un procureur piétiner allègrement la protection des sources.

 

Face à cette nouvelle attaque contre une loi protectrice d’une liberté fondamentale, les syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes et SGJ-FO appellent l’ensemble de la profession à se mobiliser pour mettre en échec collectivement ce projet désastreux.

 

Paris, le 19 Juin 2019